Enjuivement

Publié le par Gaudin

L’enjuivement…

 

 

 

Volontairement j’ai pris un titre provocateur dans notre société policée, démocratique et en lutte contre l’antisémitisme.

 

 

Oser parler d’enjuivement…et pourtant.

 

 

Notre société occidentale copiée plus ou moins par les autres sociétés se caractérise par l’acceptation d’une hiérarchie derrière le paravent de la démocratie.

 

 

Personne ne semble voir la contradiction entre hiérarchie et démocratie, sous prétexte que nous élisons les membres de la hiérarchie par le plus grand nombre.

 

 

Pourquoi 51% des votants seraient-ils plus intelligents que les 49% qui sont les perdants ?

 

 

Il faudrait se poser la question.

 

 

D’où nous vient cette idée de hiérarchie ?

 

 

De Moïse qui lui-même la tenait des Égyptiens. L’Égypte pharaonique guide nos institutions à travers les écrits de l’Ancien Testament, livre sacré des juifs, des chrétiens et des musulmans par la copie faite par le Coran.

 

 

Moïse dit tenir les « Dix commandements » de Dieu.

 

 

Dans un accès de colère il casse les tables où sont gravées les paroles de Dieu et les réécrit de mémoire. Mahomet fait pareil avec le Coran. Il oublie les paroles de Dieu et le réécrit.

 

 

Dans les deux cas cités Dieu est placé au sommet et une hiérarchie est créée.

 

 

Des civilisations, des sociétés sont gérées par des lois humaines, créées par des hommes, maintenues par des hiérarchies, (la hiérarchie initiale a proliféré), et présentées comme l’œuvre de Dieu.

 

 

Cela veut dire que le pêcheur tahitien doit suivre la même loi que le Suédois, l’Africain, le juif, le musulman.

 

 

Pensez-vous que la loi soit adaptée à tous, dans tous les lieux, tous les temps ?

 

 

Contre cette centralisation obligée des réactions sont apparues : autonomie, régionalisme, fédéralisme, subsidiarité.

 

 

Le danger c’est de créer des « sous-hiérarchies » sans remettre en cause le modèle initiale que les intégristes de tout bord défendent.

 

 

Comment remettre en cause le modèle initiale ?

 

 

En partant de la base : l’homme.

 

 

Il faut rendre à l’homme sa liberté.

 

 

Lui seul doit choisir la loi qui lui convient. Pas une loi absolue, mais une loi relative à son environnement, sa manière de vivre et qu’il pourra adapter au fil du temps. Si l’homme choisit sa loi, il l’appliquera car il sera concerné et il pourra la changer si elle est inadaptée.

 

 

Nous aurons rétablie une véritable démocratie. G.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans liberation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article