Economie pour tous.

Publié le par Gaudin

Les dépenses augmentent plus vite que les revenus...

 

L'endettement américain ne cesse de se creuser
>
Eberhardt Unger
>
>
La dette publique des 18 plus grandes économies du monde a augmenté de 33 000 milliards de dollars depuis 2007 (source : BRI). La dette américaine, qui vient d'atteindre le plafond légal de 16 700 milliards de dollars, représente la moitié de ce chiffre.
>
>
Au Congrès américain, la question de la hausse du plafond de la dette fait déjà l'objet de débats animés. Par expérience, un accord devrait être trouvé in extremis.
>
>
Cet accord conclu, il sera probablement un peu plus facile pour la Fed de faire un premier petit pas en direction de la très critiquée réduction du quantitative easing ("taper").

Le plus important reste cependant les perspectives à long terme. Selon une étude réalisée par le Congressional Budget Office (CBO), au cours des 25 prochaines années, les dépenses du gouvernement continueront d'augmenter plus vite que ses revenus. Le fossé se creuse (voir graphique ci-dessous), et la dette publique totale ne cesse d'augmenter.
>
> Au regard de l'économie du pays la dette augmente trop vite et ce rythme n'est pas supportable à long terme, selon le CBO.


>

A la fin de la présidence d'Obama, dans trois ans, la dette publique devrait atteindre 22 000 milliards de dollars et 30 000 milliards fin 2020. Le gouvernement fédéral américain paiera cette année 220 milliards d'intérêts et 823 milliards en 2023.
>
>

 

Envoyé depuis Courrier Windows

Je pressens comme beaucoup un pb plus profond dont l’économie nous avertit depuis très longtemps.

 

Matérialiste, ma solution est de produire, mais je ne suis pas le Créateur. Peut-on se développer, s’épanouir dans un monde, toutes choses étant égales par ailleurs, dans une démographie galopante ?

 

La solution envisageable est peut-être le modèle de la fourmilière à moins que l’homme devienne intelligent avant...le grand boum...G.

 

 

 “Vous aurez toujours des pauvres...”

 

Nous devrions nous inspirer de cette remarque avant de penser bâtir une société égalitariste. L’inégalité qui crée l’envie est naturelle, inhérente à l’homme.

 

Ne confondons pas l’égalité et la charité. Pour que l’homme progresse il faut l’inégalité. Pour que l’homme s’épanouisse il faut la charité, charité qui permet à celui qui donne de s’élever, car c’est celui qui donne qui s’élève.

 

Les informations montraient quelques centaines de jeunes Africains escalader un mur de contention pour passer en Espagne. Un de ces bénéficiaires de l’hospitalité européenne disait que les conditions de vie européennes étaient quinze (15) fois supérieures en Europe qu’en Afrique.

 

C’est ce qu’il croit, que cela soit vrai ou faux. L’immigré abandonne parents, femmes, enfants pour un transistor, un néon, des paillettes, un assistanat. De producteur africain, il devient assisté européen.

 

Peut-on s’épanouir dans le matérialisme, dans le clinquant ? Nos immigrés recherchent la fortune et trouvent l’infortune d’un monde sans racine. Ils sont assistés alors qu’ils devraient assistés ceux qu’ils ont laissés. L’homme croit plus aux chimères qu’à la réalité, qu’à la vérité. Son échelle des valeurs est perturbée.

 

“Il y a plus de plaisir à donner qu’à recevoir”.

 

L’immigration quand elle est contenue crée un choc bénéfique dans la société qui la reçoit, elle s’épanouit avant de retomber et d’émigrer (le contraire de l’immigration) vers des cieux plus accueillants. Seuls les plus vaillants ou les inconscients partent à la conquête du monde.

 

A vous de continuer. Vous pouvez considérer l’immigré comme un voleur et le traiter comme tel. Il prend sur vos ressources, vous appauvrit mais si vous savez donner il vous élève. G.

 

Les “Grandes invasions” aperçues en cinquième avant les Hébreux en sixième, les Polonais, les Italiens assimilés, les Africains aujourd’hui voyants, les Asiatiques discrets qui se répandent en Europe et colonisent l’Afrique.

 Et si nous continuions la réflexion ? 

 

Les populations changent et leur apport change la civilisation des autochtones. (Je n’ai pas voulu oser écrire “indigènes”, mais il faut y réfléchir pour comprendre comment le colonisé perçoit le colonisateur).

 

Les immigrés viennent-ils nous convertir ?

 

Non, ils viennent prendre nos biens directement ou indirectement en prenant les emplois, en acceptant des emplois sous-payés.

 

200 000 (deux cents mille) immigrés par an c’est 10 divisions d’une armée d’invasion.

 

A-t-on le droit de se défendre ? De défendre son territoire, ses biens, son revenu, son travail ?

 

Il faut de poser la question et trouver la juste limite. G.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article